By

Half year Results 2015 RTL Group

Sourced through Scoop.it from: www.rtlgroup.com

3,8% de croissance de chiffre d’affaires à €2.788 Mio, c’est le résultat de l’ensemble des activités du groupe RTL pour le premier semestre 2015.

Un chiffre d’affaires soutenu, sur le plan publicitaire, par la (seule) croissance du marché TV allemand (+7,3%). La performance commerciale du groupe luxembourgeois est en effet atténuée par l’ensemble des autres marchés européens qui affichent, soit une très légère croissance (Belgique,+2%; Hollande,+1% et Hongrie, +0%) ou un retrait (France, -5.7%).

La rentabilité du groupe (Ebita de €534 Mio en H1 2015), qui était déjà majoritairement allemande (pour 60% au premier semestre 2014), s’est encore germanisée à plus de 64%.

Autre constat et non des moindres, la volonté du groupe d’émanciper ses performances du modèle « Pub only ».

  • Ainsi, les activités digitales (récemment réunies sous la bannière RTL Digital Hub) affichent une hausse de 94% de chiffre d’affaires (à €219 Mio) et sont le résultat, notamment, des récentes acquisitions (SpotExchange, StyleHaul et  BroadbandTV). Le Hub Digital du groupe représente  désormais 7,8% du revenu total.
  • Les « Transmission fees » (négos avec les câblos) progressent de 18% à €118 Mio et correspondent à 4,2% du revenu total du groupe.
  • Le Groupe RTL reste ainsi largement tributaire (pour 88%) de la santé des annonceurs et de leurs choix de continuer à investir dans la télévision « linéaire » !      

 

Plus d’information sr les résultats de la Belgique en cliquant sur ce lien
Plus d’information sur les résultats du groupe en cliquant sur ce lien
See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

ProSiebenSat.1 not threatened by Netflix

CTAM Eurosummit’15, Amsterdam. Linear free-to-air broadcasting is still the norm for German viewers, according to Dr. Markus Frerker, COO, ProSiebenSat.1.

Sourced through Scoop.it from: www.broadbandtvnews.com

« Netflix ? Même pas peur ! »

C’est en ces termes, visiblement, que le COO de Pro7Sat1, Mr Marcus Frerker a qualifié sa perception de Netflix en Allemagne. Selon le manager, le marché de la SVOD lui-même ne se développe pas encore et Netflix n’a pas réussi à « l’allumer ». En cause, l’absence de doublage et de contenus originaux, essentiellement détenus par les gros broadcasters allemands.  Pour Mr Frereker, la télévision linéaire est loin de se considérer en péril.

Le paysage hollandais – tel que décrit par le Directeur Digital de RTL Nederland – serait, pour sa part, bien plus bouleversé. La percée de Netflix y a été extraordinaire (la plateforme américaine y compte plus de 1 million d’abonnés après 18 mois d’exploitation).

Un pays d’Europe n’est pas l’autre et si le barrage de la langue favorise une certaine forme de résistance en Allemagne, force est de constater qu’avec plus de 70 millions d’abonnés, l’acteur Netflix a réussi à s’imposer parmi les grands noms du secteur. Cette nouvelle force de frappe économique, financée par de nouveaux modèles économiques insensibles à la publicité, aura immanquablement des répercussions à long terme sur l’industrie. A commencer d’ailleurs, en Allemagne, par le développement des plateformes natives comme le service « Maxdome » (du groupe PRO7SAT1).

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Dutch pubcasters lead on-demand viewing

KPN Interactieve TV by 17%, followed by the illegal Popcorn Time with 15%, UPC Horizon with 7%, SBS Kijk with 4%, Videoland (owned by RTL) by 3% and Film1 with 3%.

Sourced through Scoop.it from: www.broadbandtvnews.com

Le marché hollandais a très vite adopté les services de télé interactive et la concurrence y est d’ores et déjà très développée. Il est donc intéressant de s’y attarder un instant et d’observer le comportement des téléspectateurs.  Selon une étude réalisée par la société Smart Agent Market Response,

  • 68% de la population consomment d’ores et déjà régulièrement des programmes à la demande.
  • Le profil de ces consommateurs est relativement homogène (avec respectivement 72% des moins de 25 ans et 52% des plus de 65 ans)

Les plateformes les plus visitées sont, dans l’ordre:

  • Net Gemist – Le service gratuit de rattrapage des chaînes publiques est consulté par 49% population.
  • Netflix, suit avec 25%.
  • Ziggo on Demand et RTL XL, sont consultées chacune par 18% de consommateurs.
  • KPN Interactieve TV, par 17%.
  • Le service illégal « Popcorn Time » se hissent à la 6e place et devance UPC Horizon (7%), SBS Kijk (4%), Videoland de RTL (3%) et Film1 (3%).

Trois conclusions majeures et une question, dans ce pays bientôt saturé:

  1. la fréquentation des plateformes de SVOD est devenue une réalité quotidienne pour la majorité de la population, quel que soit sont âge.
  2. Netflix s’est rapidement hissée dans le haut du classement.
  3. Bien que tous présents avec une offre, les services des chaînes privées sont d’ores et déjà « battus » en popularité.

La question qui reste étrangement sans réponse reste la même: Pourquoi les chaînes « locales » n’arrivent-elles pas à s’entendre afin de faire naître une plateforme « oecuménique » à destiantion de leurs téléspectateurs ?

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix booste le marché de la vidéo sur abonnement en France

Netflix France a triplé son offre de programmes en un an, avec près de 11.000 programmes désormais.

Sourced through Scoop.it from: www.challenges.fr

Comme annoncé, Netflix a progressivement enrichi son offre francophone et, un an après son lancement, propose désormais 11.000 programmes dans son catalogue français. C’est désormais plus que CanalPlay qui, parallèlement, a réduit la sienne (+/- 9.000 titres).

Selon la cabinet d’études NPA, le marché des abonnements SVOD en France pourrait représenter jusqu’à €470 millions de CA à l’horizon 2018 (soit l’équivalent d’un tiers du CA publicitaire d’une chaîne comme TF1). Et Netflix devrait s’en approprier les deux tiers.

Partant d’une réglementation locale complexe sur les fenêtres d’exploitation, Netflix s’est donc néanmoins imposée rapidement comme le leader d’un marché en croissance.  

 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

VIER en Telenet steken straks reclame achter pauzeknop

Nu de digitale kijker steeds meer reclame kan wegzappen, zoeken zenders andere advertentiemogelijkheiden.

Sourced through Scoop.it from: www.tijd.be

Ca bouge chez les télés !

La première manifestation concrète d’un partenariat technique publicitaire innovant fait son apparition en Flandres. Vier et Vijf proposeront dorénavant aux téléspectateurs qui activent le bouton « pause », un freeze publicitaire en lieu et place de l’image arrêtée du programme.

Même si elle semble anecdotique sur le plan de l’impact, cette première « délinéarisation » du contenu publicitaire est un moment important pour le media audiovisuel.

  • Elle est tout d’abord la confirmation que les lignes bougent en télévision.
  • Elle signe également le début des fonctions synchronisées (tant attendues) entre les broadcasters et les distributeurs au bénéfice des annonceurs. 
  • Elle marque également le début d’une bataille « créativo-technique » avec les autres plateformes, ce qui laisse augurer un renouveau commercial excitant.

Déjà Medialaan laisse entendre qu’elle travaille à d’autres développements. Telenet, on le sait, teste de futures applications de publicité targetées et Proximus n’est pas en reste.  Espérons que VOO ne laissera pas passer cette chance de donner aux annonceurs de la partie francophone du pays, pareille capacité de déploiement dynamique.    

By

TV : les jeunes américains prêts à passer au tout OTT

Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Directions Stratégie et Prospective Les services OTT (Over The Top), comme Netflix ou Amazon Prime Instant Video restent des compléments à la TV traditionn…

Sourced through Scoop.it from: meta-media.fr

Etude intéressante (Horowitz Research) qui montre deux tendances intéressantes sur le marché Nord Américain : 

  1. Pour la majorité des utilisateurs « multiplateformes », les services OTT ne remplacent pas la télévision classique. Ils en sont un complément.
  2. Pour les Millenials par contre (nés entre 1980 et 2000), plus de la moitié d’entre eux se déclarent d’ores et déjà prêts à délaisser la télévision si un service de TV en ligne existait à des prix attractifs ! Pour eux, « le streaming est aussi naturel que d’allumer le poste de télé ! »

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Apple live TV service postponed

Plans for an Apple-delivered live TV service have slipped into 2016.

Sourced through Scoop.it from: www.broadbandtvnews.com

Le lancement du nouveau service (américain) « Apple liveTV » serait retardé au début de 2016. Il semblerait, d’une part, que les négociations avec les Big Networks soient plus longues et plus onéreuses que prévues et que, d’autre part, Apple n’ait pas encore réuni les conditions de bande passante suffisante et nécessaire pour proposer un service à la hauteur de la qualité de ses prestations. La bande passante viendrait-elle à manquer aux US ??   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Télévision : les grands groupes américains en pleine tempête

La formule passera-t-elle à la postérité ? Une chose est sûre, « la grande implosion des médias de 2015 », comme l’ont déjà…

Sourced through Scoop.it from: www.lesechos.fr

« Netflix est le début d’autre chose dans notre industrie télé. »  C’est en ces termes que je commentais l’arrivée du service en Europe, et notamment en Belgique.  12 mois plus tard, le secteur – et surtout le monde financier – est en « mode panique ».

Les publications trimestrielles, la semaine dernière, des grands groupes américains ont plongé la valorisation du secteur des média (SP500 Media) au plus bas depuis 2008.  

Même si ce mouvement est excessif, il traduit les inquiétudes grandissantes au sujet d’un Media – la télé – qui atteint simultanément ses trois limites :  

  • limites en matière d’audiences : les Millenials ont appris à vivre sans grand écran
  • limites publicitaires : le marché entre en contraction, et 
  • limites économiques : les abonnements au câble – aux États Unis s’entend – ont atteint des sommets critiques pour les consommateurs.

Cette crise de modèle économique frappe également à la porte de notre marché européen. Seul le prix des abonnements au câble nous différencie. Mais ce levier a été récemment enclenché par l’ensemble des distributeurs.

Et où sont nos défenses ? Comment allons nous contrer simultanément la montée en puissance des plateformes de distribution Internet ? L’augmentation du coût des programmes ? La perte d’intérêt des jeunes téléspectateurs ? La désuétude croissante des grands annonceurs pour les Media classiques ? Les modèles algorithmiques américano-opaques des nouveaux processus d’achat et vente ? 

Bien sur on ne peut l’incriminer de tout, mais on retiendra l’arrivée de Netflix comme le début d’autre chose dans notre industrie …. »


By

Viacom’s Weak Results Pile On More Bad News for TV Industry

Viacom shares were down as much as 22 percent as a startling slump in major media stocks continued on Thursday.

Sourced through Scoop.it from: www.nytimes.com

C’est au tour du groupe Viacom de publier ses chiffres trimestriels et avec eux, la confirmation du budget shift des annonceurs TV vers les média de l’Internet, au détriment de la télévision linéaire.  Les revenus publicitaires du groupe ont en effet perdu 9%. Il n’en fallait pas plus pour qu’à l’instar de ses pairs la veille, le cours de l’action perde jusqu’à 14% en séance,

Ce deuxième semestre 2015 résonne bien plus qu’un simple coût de semonce.

En moins de 48 heures ce ne sont pas moins de $37 milliards de valorisation qui sont partis en fumée. Une fumée dont les volutes atteignait même l’Europe, ou un groupe comme Pro7Sat1 enregistrait une baisse de 6% de sa cotation. Un des plus importants glissements enregistrés au cours des dernières années.

L’inquiétude s’empare des analystes financiets qui viennent de prendre la mesure de l’attaque de l’Internet sur le plus résistant des média (jusqu’ici…). Avec quelles conséquences sur l’industrie ? Nous ne le saurons que trop vite !

By

Numericable-SFR : les clients partent, les profits reviennent

En savoir plus

Sourced through Scoop.it from: pro.clubic.com

Pour le deuxième trimestre consécutif, Patrick Drahy confirme l’amélioration nette de la rentabilité de SFR Numericable.  Le choix intelligent d’écrémer sa base de clients (le groupe aurait perdu plus de 1,2 millions d’abonnés) a fait progresser l’ARPU et montre que le nouvel ensemble est capable de générer la profitabilité nécessaire au remboursement de son très important endettement.  Avec une marge remontée à 38%, l’entreprise se rapproche de l’objectif des 45% annoncé précédemment par le nouveau roi des télécoms français. 

See on Scoop.itTV Business Finance & Earnings

By

Disney, Time Warner and Other Media Shares Fall as Investors Worry About TV’s Future

Shares in Comcast, Time Warner, 21st Century Fox, CBS, Viacom, Discovery and AMC Networks all were down, with some plunging by as much as 12 percent in midday trading.

Sourced through Scoop.it from: www.nytimes.com

« Quand ESPN a froid, c’est toute la télévision qui s’enrhume » serait-on tenté de dire …

L’annonce, hier, dans les résultats financiers trimestriels du groupe Disney, d’une légère perte d’abonnés pour la première chaîne sportive payante américaine a réussi à faire vaciller les cotations boursières des grands groupes media américain (- 12% pour Discovery, – 9% pour Disney…etc).

Le marché des analystes est fébrile. Peut-être de façon excessive. Mais il traduit les inquiétudes des spécialistes, tant sur un modèle de financement publicitaire fatigué et progressivement contesté par Internet que sur le phénomène des désabonnements aux forfaits  télé « tout compris » des câblo-opérateurs américains (cord cutting).

Le coût bientôt prohibitif de l’accès aux offres du câble américain, la croissance ininterrompue de Netflix depuis bientôt 36 mois et le succès grandissant de nouvelles offres d’abonnements à des contenus spécifiques moins chères jettent un trouble sur les perspectives d’un marché qui reste aujourd’hui principalement financé par la télévision linéaire et le spot de 30 secondes.

Et les résultats du groupe 21st Century Fox d’ajouter à la morosité ambiante, lui qui présentait des revenus semestriels 2015 en diminution de 9% (diminution des recettes pub et absence de blockbuster dans sa filiale de production).

Bref, les grands groupes audiovisuels mondiaux entrent dans une période d’incertitude. Quelle option choisir ?

  • Rester sur le métier de la télévision linéaire avec le risque de voir, et les budgets d’annonceurs et les revenus de distribution s’éroder ?
  • Investir massivement dans de nouveaux modes de distribution et tenter de rattraper le retard sur les grands groupes de distribution du Net (Netflix, Amazon, Apple, …) ?

Même si les déclarations des patrons des grands groupes de broadcast se veulent rassurantes, on sent tout de même poindre une première salve d’inquiétudes.  

By

Netflix officialise son lancement au Japon pour le 2 septembre

Les choses se précisent pour l’arrivée de Netflix au Japon. Annoncé en début d’année, le service américain de vidéo en streaming fera…

Sourced through Scoop.it from: www.lesechos.fr

Netflix déploie ses ailes et annonce son entrée prochaine sur le marché japonais – le 2 septembre prochain !

Un marché de plus pour la plateforme américaine, où 36 millions de foyers disposent de l’internet ultra rapide, très « consommateur » et très « techno ».

Pour appuyer son marketing, de nouveaux téléviseurs équipés d’une télécommande avec bouton spécial « Netflix » devraient être commercialisés simultanément…

Mais qui arrêtera Netflix ?

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Portuguese operators pay €5.3m into media fund

Portugal’s leading pay-TV platforms have between them paid €5.3 million into the country’s media fund, the country’s ministry for culture has announced.

Sourced through Scoop.it from: www.broadbandtvnews.com

Outre une partie de leur fee, les opérateurs télécoms portugais ont versé €5,3 millions à l’institut du cinéma et de l’audiovisuel local.  Itéressant de relever la double vocation de l’institut portugais: Cinéma ET Audiovisuel !

By

P&G results raise concerns about pace of turnaround

Procter & Gamble Co reported its sixth straight quarter of falling sales, hurt mainly by the stronger dollar.Even after stripping out the impact of the dollar and acquisitions, sales

Sourced through Scoop.it from: www.reuters.com

Le premier annonceur mondial peine à se réinventer. Alors qu’il s’est déjà « debarrassé » de 40 de ses marques depuis 2014, le chiffre d’affaires « organique » de l’entreprise ne croît plus qu’à un faible taux de +1%.  

Les raisons seraient multiples: pour certains spécialistes, le portefeuille de marques de l’entreprise serait toujours trop important. Pour d’autres, la « bureaucratie » dans laquelle son management s’est enfermé depuis quelques années serait la raison majeure.  Et le choix de céder ses marques de parfumerie au groupe Coty dans un montage fiscal intéressant, mais qui va prendre plus de 18 mois à se concrétiser, ne va pas arranger la souplesse du management.

En tout cas, ce flottement et les critiques des analystes sur la justesse de la conduite du groupe ne sont pas de bons signaux pour le monde des média. Quand P&G éternue, c’est la télévision qui a froid….

See on Scoop.itTV Business Finance & Earnings

By

Telenet relève ses prévisions

 

Le câblo-opérateur qui a dégagé un bénéfice semestriel en hausse de 155% a décidé de relever ses prévisions pour 2015. La croissance attendue des revenus passe ainsi d’une fourchette de 4 et 5% à une comprise entre 5 et 6%

Sourced through Scoop.it from: www.lecho.be

Les distributeurs TV belges, comme leurs homologues européens et américains, sont à la fête depuis plusieurs trimestres ! Mais cette fois ils le sont presque tous de concert.

Telenet annonce une nouvelle amélioration de ses performances financières. Avec un ARPU de 48,8€ (revenu par utilisateur) en croissance de 5% !

Pour accéder aux résultats, cliquez sur ce lien

See on Scoop.itTV Business Finance & Earnings

By

Présentation de la nouvelle interface Proximus TV + SwipeBox

Nos tablettes et smartphones deviennent nos télécommandes. Proximus a présenté ce matin la SwipeBox, ainsi que sa nouvelle interface Proximus TV. Lancement estimé à la mi-septembre.

Sourced through Scoop.it from: www.astel.be

Comme annoncé, la nouvelle interface de Proximus TV fera la part belle aux images (enfin) et s’écarte progressivement du simple (et ennuyeux) EPG.

Cerise sur le gâteau, grâce à la Swipe Box, il sera possible de faire interagir tablette et TV en amenant sur le grand écran, différents contenus en provenance des applications de chaque utilisateur.  

Cette nouvelle version de l’interface de Proximus TV, qui sera disponible dès le 15 septembre, risque d’éclipser partiellement ou totalement les nouvelles fonctions du décodeur VOO. 

Le champ de bataille se déplace désormais des contenus vers les fonctionnalités.

Avec ces nouvelles interfaces, ouvertes, intuitives et « orientées programmes », la consommation de contenus sera rapidement bouleversée et avec elle, la menace sur l’audience TV se fait de plus en plus précise. Ces nouveaux services en appelleront rapidement d’autres, et bientôt, le marché appellera un nouveau système de mesure approprié !