By

Free refuse toute alliance avec Netflix dans l’immédiat

Source: www.infos.fr

Pour Free (5.7 millions d’abonnés en France), Netflix c’est encore « Non ».

Sur le plan commercial, il est vrai que deux acteurs du « Low Cost » auront toujours de la peine à se trouver. Et les 10% de rémunération que proposerait Netflix (contre 30% en règle générale) n’attirent pas la sympathie du groupe français. Toutefois, il est possible que Xavier Niel (Free) retarde toute annonce et préfère utiliser la plateforme américaine pour le lancement de son prochain décodeur FreeBox au début 2015.  L’avenir nous réserve encore quelques surprises !!

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

SFR grille la politesse à Orange et Bouygues avec Netflix

Sans tambour ni trompette. SFR a ouvert mercredi le service de vidéo en ligne Netflix sur sa box Android. En toute discrétion. La filiale de…

Source: www.lesechos.fr

Et de trois ! Avec l’annonce faite par SFR, le service SVOD américain, dont l’ensemble des acteurs du marché français ne voulait pas, aura mis à peine un mois à installer son icône rouge sur les écrans de 3 des 5 principaux distributeurs français. SFR (bientôt avalée par Numericable) aura mis un peu de temps pour ouvrir son réseau. Il est vrai que ses liens encore existants avec le groupe Canal+ (CanalPlay) rendaient tout accord difficile.   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Orange négocie(rait)? avec TF1 et Canal+ pour contrer Netflix

Les poids lourds de l’audiovisuel français pourraient réunir leur force pour proposer aux téléspectateurs français un service attractif avec plus de contenus.

Source: www.lefigaro.fr

Orange et TF1 (voire Canal+) seraient en pourparlers pour créer une plateforme française qui utiliserait la technologie des uns et les contenus de chacun afin de contrer Netflix.

Une chose est sûre, l’arrivée de l’opérateur américain en France a réussi à bouleverser l’ensemble des pièces de l’échiquier:

  1. L’industrie française ne voulait pas de Neflix.
  2. Canalplay (Groupe Canal+) enrichit son offre et ses fonctionnalités.
  3. Numericable lance un pètard mouillé.
  4. Bouygues (société cousine de TF1) signe avec Netflix.
  5. Orange (qui ne voulait pas de Netflix) signe un deal de distribution mais annonce travailler sur une offre concurrente.
  6. Orange (France Telecom) s’associerait à TF1 pour développer un « Netflix français ».

Belle aventure… pour une société à qui on prédisait peu de succès!

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Altice prêt à lancer une offre sur Portugal Telecom

Le groupe de Patrick Drahi détient déjà deux opérateurs portugais: Cabovisao et Oni. Le premier est un câblo-opérateur au profil comparable à celui de Numericable et le deuxième commercialise des services aux entreprises, comme Completel, une filiale de Numericable. Portugal Telecom a en revanche un profil similaire à celui de SFR… que Numericable s’apprête à avaler.

Source: www.lefigaro.fr

Boulimie d’achats pour le groupe Altice (propriétaire de Numericable).

A peine l’encre du deal SFR en France est-elle sèche que Patrick Drahi reproduit le même stratagème au Portugal.  A partir de deux petits opérateurs dont elle était propriétaire (Cabovisao et Oni), Altice s’apprête à lancer une offre d’achat sur Portugal Telecom. Si l’opération aboutit, elle fera d’Altice le numéro 2 du marché portugais.

Verra-t-on prochainement Altice utiliser Numericable en Belgique pour s’intéresser à Voo ou à Brutélé? Nul doute, en tout cas que le mouvement de consolidation est en route…    

By

Report: Sony May Charge $80 a Month For Net TV

Source: www.tvpredictions.com

Rumeurs ou intox, Sony s’apprêterait à lancer son service de Home Entertainment Streaming (plus de 100 chaînes de télévision, Netflix et Hulu) au prix de $80 par mois.

Cela fait longtemps que le groupe annonce l’intégration d’un service Vidéo directement accessible sur ses Smart TV, ses consoles Play Station et ses lecteurs Blu-Ray. 

Un tel prix, si il se confirme (presque semblable à celui d’un abonnement basique au câble américain) serait la preuve que Sony aurait été malmené durant ses négociations avec les éditeurs de services et qu’il paierait « au prix fort » son entrée dans la distribution de contenus.

Dish (le distributeur par satellite) travaille également au lancement d’un même produit pour un prix qui oscillerait entre $20 et $30 par mois.   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix sera bientôt disponible sur la box Orange

INFO LE FIGARO – Quelque 10 millions de clients chez Orange auront accès depuis leurs téléviseurs aux films, séries, documentaires et dessins animés du géant américain

Source: www.lefigaro.fr

Certes, de nombreuses raisons devaient empêcher Orange (premier distributeur français et opérateur toujours sous contrôle de l’état à 25%) d’apparaître comme « l’ouvreur de porte » de Netflix aux yeux de l’industrie, des chaînes de télévision et du monde politique, mais il n’aura pas fallu longtemps pour que le pays le plus opposé à la plateforme américaine soit également celui dans lequel elle signe le plus grand nombre d’accords de distribution aussi rapidement. 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Télécoms : Vodafone se dit intéressé par Liberty Global

Le groupe du tycoon du câble John Malone est déjà présent dans douze pays européens, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les Pays-Bas. Les grandes manœuvres continuent dans les télécoms.

Source: www.lefigaro.fr

Le groupe de John Malone dans la câblo distribution (maison mère de Telenet) pourrait-il faire l’objet d’une cession ? Il est vrai qu’avec ses implantations dans 12 pays européens, Liberty Global est devenue un acteur incontournable. Pour sa part, Vodafone a récemment rappelé ses appétits en s’étendant en Allemagne et en Espagne. 

See on Scoop.itTV & TV Distribution

By

Belgacom secures Netflix deal for Proximus TV

Belgacom has signed an agreement with Neflix to bring the SVOD service directly to the Proximus TV set-top box. The Belgian operator said the new service would become available to its customers bef…

Source: www.broadbandtvnews.com

C’est donc Proximus TV qui, la première, signe avec Netflix. Son réseau national, son orientation stratégique de fournisseur de contenus et de services (par opposition à Telenet qui s’est récemment positionnée comme « propriétaire »), sont autant de raisons qui prônaient pour une telle intégration.

Et même si le deal ne s’avère pas très rentable pour Proximus, cet accord est un bon plan :

  1. D’une part, Proximus s’assure (temporairement du moins) une différentiation concurrentielle par le contenu.
  2. Ensuite, elle évite de voir partir (ou de perdre) des (jeunes) clients attentifs aux nouvelles formes de consommation linéaire.
  3. Et enfin et surtout, elle accroît ses compétences et ses  connaissances au sujet de ses abonnés, de leurs préférences et de leur comportement (Big data).

L’écran de TV devient un hub d’images.  Prise progressivement en étau entre la concurrence des services de VOD Premium et celle des catalogues SVOD, la télévision généraliste va devoir se battre pour garder ses fenêtres d’exploitation intactes. A moins qu’elle ne s’invite également dans ces nouveaux terrains de monétisation.  Voilà en quoi, sans être une révolution, Netflix est un véritable détonateur !

By

Belgacom: « Nous pouvons accueillir Netflix plus facilement que Telenet »

 

« L’impact de Netflix sur notre réseau est important », explique Dominique Leroy, CEO de Belgacom, à Kanaal Z. « La semaine passée, ce service de vidéo en ligne a utilisé 6 à 7 % de la capacité de notre réseau, et ce pour toute la Belgique. Il y a eu un peu plus de trafic en Flandre qu’en Wallonie », précise encore Mme Leroy.

Source: trends.levif.be

6 à 7% de la bande passante du réseau Proximus, avec une charge plus forte en zone flamande. Ces chiffres confirmés par Dominique Leroy, corroborent ceux qu’avaient publiés Telenet au début de la semaine (jusqu’à 10%).

Si l’on considère une simple règle de trois en utilisant le marché Nord américain comme référence (35% de la bande passante en prime time pour 30% de ménages abonnés), Netflix pourrait-elle avoir conquis 6% des ménages belges, soit +/- 250.000 abonnés (gratuitement pour un mois) ?

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Pourquoi Telenet supprime son dividende ?

Dans un communiqué sibyllin, le câblo-opérateur flamand a annoncé ne prévoir aucune rémunération pour ses actionnaires cette année après pourtant de très bons chiffres semestriels

Source: moneytalk.levif.be

Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la raison de l’absence de dividendes – exceptionnelle – cette année de la part de Telenet à ses actionnaires.  Outre des motifs de financements potentiels et proches (Mobistar ?  SBS ?) il y en a deux qu’il ne faut en tout cas pas oublier:

  1. Depuis qu’il en est actionnaire majoritaire, le groupe Liberty Global peut désormais laisser la trésorerie au sein de sa filiale. Il en contrôle totalement l’utilisation et, le cas échéant, la destination.
  2. Pourquoi gâter des actionnaires dont tout le monde sait qu’il a  voulu se débarrasser récemment en tentant, sans succès, de prendre le contrôle total de la société malinoise ?

:-)

See on Scoop.itTV Business Finance & Earnings

By

Belgacom, c’est fini: place à Proximus et à son nouveau logo

L’opérateur Belgacom l’avait annoncé en mars dernier : les solutions fixes, mobiles et IT de Belgacom seront réunies, d’ici la fin de l’année, sous la marque [...]

Source: www.sudinfo.be

Bienvenue !!

By

AT&T offers an insanely great broadband bundle that cord cutters might find hard to resist

One of the most encouraging trends that we’ve seen in recent years has been ISPs doing more to appeal to cord cutters, a.k.a., people who like watching quality television but who don’t want to pay …

Source: bgr.com

Depuis qu’une partie des ménages américains a décidé de délaisser le câble (trop de chaînes – près de 200 – et trop coûteux – près de $120 par mois), certains opérateurs réfléchissent à assembler des offres « broadband » proposant des contenus de qualité à ce segment grandissant de la population.

 

Le « grand saut » vient d’être franchi par AT&T qui propose dorénavant un package « Internet » spectaculaire, tant sur le plan de l’offre que sur celui du prix.  

 

Pour $40 par mois (prix pour la première année, suivi d’un tarif de $80 l’année suivante), les « cord-cutters » et les « cord-never » peuvent dorénavant s’abonner à un package composé de « HBO » et « Amazon Prime ». Canal+ et Netflix en quelque sorte !

Le lancement de cette offre pourrait représenter un virage important pour l’industrie dès lors qu’elle se présente comme le premier « détricotage » de l’offre câble TV.  Cette dernière reste en effet la vache à lait (et laquelle !) du secteur.  On saura dans quelques mois si, en proposant une telle offre, AT&T n’a pas ouvert la boîte de pandore.

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

OTT revenues to rocket to $42 billion by 2020

Global online TV and video revenues (over fixed broadband networks for 51 countries) will reach $42.34 billion in 2020; up from $3.96 billion recorded in 2010 and the $19.03 billion expected in 201…

Source: www.broadbandtvnews.com

De $4 milliards en 2010 à $8 milliards actuellement, pour atteindre $42 milliards à l’horizon 2020, c’est la croissance attendue des revenus du marché des offres audiovisuelles « OTT » dans 51 pays selon le rapport Global Online TV & Video Revenue Forecasts

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

« La télévision n’existera plus dans 20 ans » (Reed Hastings – Netflix) – Ce que les patrons de chaînes françaises en pensent.

Le magazine Télérama a demandé, notamment aux responsables des principales chaînes de télévision françaises, quel était leur avis sur la phrase désormais célèbre phrase de Reed Hastings, CEO de Netflix, au sujet de l’avenir de la télévision. (cliquez ici pour lire l’article complet)


logo TF1   
Nonce Paolini, Président de TF1

Je lui donne rendez-vous dans vingt ans ! On nous avait dit « internet dévorera la télévision », les deux médias sont aujourd’hui parfaitement complémentaires. On nous a répété « les jeunes délaisseront la télévision classique », ils la partagent et s’en amusent plus que jamais sur les réseaux sociaux. On a expliqué « la télévision de rattrapage cannibalisera les RDV de la télévision linéaire », elle permet au contraire de compléter les audiences live et sera bientôt consolidée par Médiamétrie. Déclarer dans ce métier ne signifie pas détenir la vérité !
La télévision est aujourd’hui et continuera à être demain un écran de partage, où nos concitoyens se retrouveront toujours pour vivre des émotions collectives. C’est un média du lien social, au sens où ensemble, on sait pouvoir regarder le même programme au même instant. L’expérience télévisuelle collective peut déjà aujourd’hui se prolonger par une expérience personnelle. Et les technologies nous offrent cette chance de pouvoir adresser nos contenus à tous et à chacun, où qu’il se trouve et lorsqu’il en a envie. Notre métier a donc le meilleur avenir, et TF1 en particulier, avec ses évènements forts et ses programmes inédits. Pour autant l’arrivée d’acteurs internationaux comme Netflix, libéré des obligations et taxes qui pèsent sur les acteurs français, doit amener les pouvoirs publics à remettre en question les aspects réglementaires qui corsettent les groupes audiovisuels nationaux. Il faut que nous puissions jouer à armes égales. Il en va de notre compétitivité et de notre avenir. »

Mini logo de Canal+    Bertrand Meheut, PDG de Canal+

Il n’y pas plus puissant média que la télévision pour réunir et fédérer des centaines de milliers, voire des millions, de téléspectateurs. D’ailleurs, les différents membres du foyer regardent toujours autant la télévision, en dépit de la croissance d’Internet. Les offres délinéarisées restent des offres de complément. Et plus il y aura de choix, plus les téléspectateurs auront besoin de se retrouver sur des médias ayant une identité éditoriale forte. Aujourd’hui, comme dans vingt ans, il y aura toujours beaucoup d’évènements que les gens voudront vivre collectivement (sports, émissions en direct). Dans le même temps, les usages évoluent rapidement, c’est pourquoi le groupe Canal+ est déjà très actif sur les plateformes délinéarisées. Les abonnés peuvent consommer l’intégralité de leurs programmes en ligne grâce à MyCanal. Nous avons également une offre de vidéo par abonnement, CanalPlay, très riche en termes de contenus et très innovante en termes d’usages. Sans compter nos dizaines d’applis sur smartphones et tablettes et nos chaînes sur YouTube qui comptent des millions d’abonnés » 

Mini logo de France Télé  Bruno Patino, Directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques de France Télévisions

Ce que veut dire Reed Hastings, c’est : « Attention, le monopole de la télévision linéaire, c’est fini. Sur vos téléviseurs et sur vos tablettes, il arrive des offres de télévision vous permettant de garder la maîtrise de votre temps. Vous proposant un choix de contenus qui vous correspond, au moment où vous le souhaitez. Une offre télévisuelle de destination, qui s’appuie sur des algorithmes utilisant les données des utilisateurs ».
Et Reed Hastings a raison. En tant que directeur des programmes télé de France Télévision, je pense que oui, d’ici vingt ans, cette offre sera une part extraordinairement importante de l’offre télévisuelle sur l’écran télé et sur tous les écrans. Cette nouvelle façon de consommer des contenus audiovisuels est en croissance exponentielle.
Est-ce que ça veut dire que la télé linéaire va disparaître ? Non, elle va être beaucoup plus limitée, en nombre d’acteurs, et en nombre d’émissions : elle ne sera pertinente que pour de grands programmes et de très grands événements télévisuels. Elle va devenir une consommation minoritaire. Est ce que ce sera dans cinq ans, dix ans, vingt ans ? Dans le numérique, il arrive toujours le moment qu’on appelle le point d’inflexion, ou un usage en croissance devient très rapidement un usage majoritaire. Il va avoir lieu, mais personne ne sait quand il aura lieu. Les chaînes de télévision doivent se préparer comme s’il devait avoir lieu demain. Ça fait quatre ans à France Télévisions qu’on crée des offres numériques de destination. Cela signifie apprendre à recueillir de la donnée utilisateurs, maîtriser l’ergonomie des données, produire de l’algorithme, négocier des captations de droits dans un régime français très complexe et plus du tout adapté à cet univers là. On a France TV en télé connectée, on a fait monter Pluzz en puissance, mais on n’en est qu’au tout début. Netflix, lui, le fait depuis plus longtemps, sept, huit ans, avec des moyens qu’on n’a pas. Sa capacité financière lui permet de rassembler un grand nombre de droits très vite. Il maîtrise l’algorithme de façon exceptionnelle : chaque jour plusieurs centaines de développeurs travaillent à partir des données qu’ils récoltent des utilisateurs. Netflix a un un coup d’avance monstrueux. »

Mini logo de BFM TV  Alain Weill, Président de NextRadioTV (BFM TV, RMC)

Il y a une part de provocation dans ses propos. La télévision n’est évidemment pas à l’abri de la révolution numérique, mais dire qu’elle va disparaître ne veut rien dire ! Je ne pense pas qu’on arrêtera de regarder des programmes sur les téléviseurs. Par contre, ces contenus passeront de plus en plus par Internet. Ce qui va changer, en réalité, c’est notre manière de consommer la télé. Il y aura une multitude de façons de le faire. Le rôle des chaînes va évoluer également car la logique d’internet, c’est la suppression des intermédiaires. Or, d’une certaine façon, le diffuseur est un intermédiaire. Il ne pourra donc plus se contenter d’être un agrégateur de contenus et imposer sa programmation. Il deviendra de plus en plus un éditeur, un créateur d’événement, comme TF1 le fait déjà avec The Voice, par exemple. Ces événements – des programmes de divertissement et de sport – vont se multiplier. Par contre, les séries ou les films, on ne les consommera plus en attendant qu’un diffuseur veuille bien les programmer. Pour les chaînes d’info, c’est un peu différent. Car même si nos vidéos actu sont très regardées sur le Web, c’est toujours le direct qui prime quand on est confronté à de l’actu forte. Par contre, la diffusion évolue. Il y a dix ans, une chaîne d’info devait forcément passer par le téléviseur, et par la télé payante. Aujourd’hui on peut la regarder aussi bien sur téléviseur que sur tablette ou smartphone… Pour les chaînes d’info et de live, c’est une opportunité. Il faut juste s’adapter. »

Lisez ici l’intégralité de l’article de Télérama  

 

 

By

Fries explains Liberty Global’s content strategy

Liberty Global has gone on a buying spree, buying shares in ITV, All3Media and looking at F1 racing. At the same time, the company sold most of its Chellomedia and Chello DMC businesses to AMC Inte…

Source: www.broadbandtvnews.com

Les raisons des récentes acquisitions de Liberty Global dans le monde du contenu sont variées. Selon Mike Fries (CEO), « le groupe était anciennement investi dans des chaînes de télévision (jusqu’à 65). Mais ces chaînes n’étaient payantes.  Aujourd’hui le groupe investit dans les contenus payants et ceux qui sont capables d’enrichir ses plateformes.  La prise de participation minoritaire dans ITV (UK) est stratégique car la chaîne touche jusqu’à 70% de la population et qu’elle est notoirement sous-évaluée ».   

See on Scoop.itTV Business Finance & Earnings

By

John de Mol selling off Talpa media (and SBS Holland ?)

Business, Entertainment, Netherlands – Media tycoon John de Mol is selling off his media company Talpa. Potential buyers are already announcing themselves at Bank of America Merill Lynch, the Financieele Dagblad reports. – 21st Century Fox, Bank of America Merill Lynch, Big Brother, Fear Factor, FremantleMedia, John de Mol, media tycoon, SBS Nederland, Talpa media, the vOICE

Source: www.nltimes.nl

John De Mol aurait mis Talpa en vente par l’intermédiaure de la banquze Merill Lynch.  Le magnat hollandais aurait évoqué un montant supérieur à $ 1 milliard et des offres seraient actuellement faite aux dans une fourchette de $ 700 à 800 millions.

 

Il se dit également que le groupe Discovery aurait fait une offre de $ 800 millions aux actionnaires de SBS Hollande dont Talpa est l’un des actionnaires à hauteur de 33% aux côtés de Sanoma.  

By

8.400 abonnés Twitter pour Netflix Belgique

22 septembre – Les comptes Twitter de Netflix Belgïe et Belgique ont vu leur nombre d’abonnés doubler en l’espace de 10 jours et représentent aujourd’hui 8.400 abonnés (6.000 néerlandophones et 2.400 francophones), soit un doublement depuis le 10 septembre dernier.  Parallèlement, les comptes Netflix France et Allemagne se portent respectivement à 26.900 (venant de 16.200 il y a dix jours) et 13.100 (contre 3.200).  Par comparaison, le compte Twitter de CanalPlay en France recense 2.500 abonnés. Il en dénombrait 2.000 le 10 septembre dernier.

Cliquez sur chaque image pour accéder aux comptes Twitter de Netflix

netflix Bel twitter - 22-09-14    netflix BelNL twitter - 22-09-14

netflix Fra twitter - 22-09-14   netflix Ger twitter - 22-09-14

By

Non, Numericable n’a pas lancé une offre anti-Netflix

L’arrivée de Netflix rend-elle fébrile les acteurs français ? La veille du lancement du service américain en France, on apprenait que Numericable allait sortir « SerieFlix ».

Source: www.lemonde.fr

Pétard mouillé ? Effet  d’annonce ? Le service « LaBox Série » de Numericable n’avait visiblement pour seul but que de créer un contrefeu.  En réalité, « LaBox » ne s’avèrerait être qu’une refonte de la présentation de vidéos accessibles sur le boîtier triple-play de Numericable, mais qui sont proposées par d’autres d’une manière gratuite ou payante.

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Telenet maakt eigen Vlaamse fictiereeks : « Chaussée d’Amour » (De mensen)

Kabeloperator Telenet gaat, in samenwerking met productiehuis deMensen, voor het eerst in zijn bestaan een eigen Vlaamse tv-reeks maken. De tien …

Source: www.hln.be

C’est au tour de Telenet d’annoncer la mise en chantier d’une série exclusive.  « Chaussée d’Amour » –  10 épisodes – sera produite par la société de production « De Mensen » et devrait être disponible dans l’offre Rex et Rio dès 2016.

Cette première annonce fait suite à la mise en place, par le câblodistributeur, du programme d’investissements STAP, au terme duquel l’entreprise malinoise s’était engagée à investir un montant de l’ordre de 30 millions d’Euros sur 4 ans.

Peut-on espérer lire de telles annonces un jour en partie francophone du pays pour Belgacom ou Voo ?

By

ITV urges UK to implement US-style retransmission scheme

In the US, pay-TV companies are required to compensate free-to-air broadcasters to carry their content, in the form of retransmission fees.

Source: www.rapidtvnews.com

ITV demande aux autorités anglaises d’établir – comme c’est le cas aux Etats-Unis – une obligation de rémunération (retransmission fee) dans le chef de plateformes de distribution au profit des diffuseurs du service public.   

Pour mémoire, en 2013, les distributeurs américains ont payé près de $ 3,3 milliards aux diffuseurs (à peine 3% du revenu de la distribution). 

L’argent ainsi dégagé servirait l’industrie créative locale et surtout, cette obligation permettrait de cesser cette « subsidiation » par les diffuseurs du service public de plateformes comme Sky ou Virgin qui obtiennent aujourd’hui des contenus gratuits.

See on Scoop.itTV Distribution and Retransmission fees

By

Netflix : « Nous pensons séduire un foyer français sur trois en cinq ans » (En Belgique, contrairement à la France, nous pourrons avoir des films récents)

De passage à Paris pour le lancement en France de son service, Reed Hastings, le cofondateur et directeur général de l’entreprise américaine qui s’est imposée comme le leader mondial de la vidéo à la demande, explique ses ambitions et sa vision du marché de la télévision.

Source: www.latribune.fr

Morceaux choisis de l’interview de Reed hastings (CEO de Netlfix):

  • « Beaucoup de gens essaient Netflix à titre gratuit le premier mois, ils sont nombreux à rester ensuite. Les autres reviennent souvent trois à six mois plus tard ».
  • « Tout le monde pense que Netflix sera comme Deezer et Spotify, où l’on trouve toutes les musiques, puis s’étonne en découvrant que tous les films ou séries ne sont pas disponibles. C’est compréhensible, on s’est habitué à toujours tout trouver sur le Web »
  • « Notre public, c’est tous ceux qui sont sur Internet et aiment les séries TV ! »
  • « Presque tout le monde peut s’offrir l’abonnement, à 7,99 euros c’est vraiment très abordable ».
  • « Nous espérons séduire un tiers des foyers français, soit autour de 8 millions de ménages d’ici cinq à dix ans ».
  • « Aux Etats-Unis, où nous avons désormais 36 millions d’abonnés, la chaîne payante HBO n’a pas moins de clients depuis notre arrivée, elle en a gagné environ 20% de plus en cinq ans ».
  • (Au sujet de l’accord Bouygues) « Nous n’avions jamais réussi à nouer un tel accord avec un fournisseur d’accès Internet au lancement ! Au Royaume-Uni, nous avons mis deux ans à conclure, avec Virgin Media. Aux Pays-Bas, un an après le lancement, nous n’avons toujours aucun accord avec un opérateur ».
  • « A 7,99 euros, il n’y a pas beaucoup d’argent à partager avec les opérateurs ».
  • « En Belgique, nous pourrons avoir des films récents, mais pas en France, à cause de la chronologie ».
  • « La télévision linéaire aura disparu dans deux décennies. Les gens veulent vraiment pouvoir regarder les séries à la demande, selon leur programme à eux. Il y aura des chaînes mais elles elles se seront converties à la télévision sur Internet ».

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Merger Mania in Distribution and Content Markets: the Telenet/SBS Belgium case and the need for European Action

Tom Evens of Ghent University (iMinds-MICT ) in Belgium and Ben Van Rompuy and Karen Donders of Vrije Universiteit Brussel (iMinds-SMIT) exam media regulatory issues in Flanders and the threats fac…

Source: blogs.lse.ac.uk

A serious threat for Flemish TV Industry.

A few local media experts (Tom Evens of Ghent University and Ben Van Rompuy and Karen Donders of VUB) warn European authorities about the danger of Telenet’s project of acquiring a significant stake in SBS Belgium.

According to the authors the case would serioulsy affect an already concentrated situation in Flanders. But  far beyond Flanders it could also create a very important precedent in Europe while accelerating a trends towards vertical integration between distribution companies and content providers limiting creativity and effective competition.   

By

Mobistar conclut une alliance pour s`attaquer à la TV interactive

L`opérateur télécom mobile vient de conclure un partenariat avec Alpha Networks, Zappware et Siligence pour préparer le lancement de son futur service de télévision interactive sur le câble. Une première en Europe …

Source: www.digimedia.be

Snow n’accueillera pas Netflix. Mobistar a confié le développement de son service de télévision interactive à la société belge Alpha Network (la société qui a créé notamment l’opérateur Billi). 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix sera disponible sur la box de Bouygues Télécom

Le leader mondial de la vidéo à la demande débarque en France lundi sur Internet et à l’automne sur la Bbox.

Source: www.lemonde.fr

Alors que la plupart des opérateurs avaient annoncés ne pas vouloir accueillir Netflix au sein de leurs offres, c’est Bouygues Télécom qui « ouvre le bal ». 

Accessible pour un prox oscillant entre 7,99€ et 12,99€ Netflix aura donc réussi à créer une brèche dans la « ligne Maginot ».  

Quelle sera la réaction de la concurrence ? Deux options :

  • soit Bouygues a signé une exclusivité temporaire et elle bénéficiera des premiers mois de présence du catalogue américain;
  • soit le marché est resté « ouvert » et d’autres opérateurs se joindront dans les tous prochains mois.

Qui, de Belgacom, Telenet ou de Voo (à moins que ce ne soit Snow de Mobistar ou le petit réseau Billi) sera le premier fournisseur à élargir son offre TV en Belgique ? 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Numericable lance son offre de séries le jour du débarquement de Netflix

Le câblo-opérateur Numericable lance lundi une offre de séries, accessible gratuitement à ses abonnés, qui apparaît comme une contre-offensive face au lancement le même jour en France du géant américain de la vidéo en ligne Netflix.

Source: www.lalibre.be

La contre-offensive se met en place ! C’est le jour même du lancement de Netflix en France que Numericable a choisi pour lancer son offre VOD.

« LaBox Séries » accessible gratuitement aux abonnés sera composée dans un premier temps de séries françaises, européennes et américaines (+/- 3.000 épisodes).  Une offre de films devrait arriver ensuite.

Numericable compte sur la puissance de son réseau de fibre optique et la facilité d’accès (LaBox Séries » sera disponible directement sur l’interface Tv de ses clients) pour occuper une part du marché de Netflix.  Mais à 39,90€ par mois, le prix d’entrée sera-t-il un frein ou ne se transformera-t-il pas plutôt en catalyseur de la plateforme américaine ?

Les semaines et les mois à venir risquent d’être passionnants.  Peut-être Netflix ne changera-t-elle pas les habitudes de consommation mais une chose est sûre: l’offre audiovisuelle française d’après le 15 septembre 2014 aura véritablement changé, au bénéfice des téléspectateurs.   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co