By

Free refuse toute alliance avec Netflix dans l’immédiat

Source: www.infos.fr

Pour Free (5.7 millions d’abonnés en France), Netflix c’est encore « Non ».

Sur le plan commercial, il est vrai que deux acteurs du « Low Cost » auront toujours de la peine à se trouver. Et les 10% de rémunération que proposerait Netflix (contre 30% en règle générale) n’attirent pas la sympathie du groupe français. Toutefois, il est possible que Xavier Niel (Free) retarde toute annonce et préfère utiliser la plateforme américaine pour le lancement de son prochain décodeur FreeBox au début 2015.  L’avenir nous réserve encore quelques surprises !!

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

SFR grille la politesse à Orange et Bouygues avec Netflix

Sans tambour ni trompette. SFR a ouvert mercredi le service de vidéo en ligne Netflix sur sa box Android. En toute discrétion. La filiale de…

Source: www.lesechos.fr

Et de trois ! Avec l’annonce faite par SFR, le service SVOD américain, dont l’ensemble des acteurs du marché français ne voulait pas, aura mis à peine un mois à installer son icône rouge sur les écrans de 3 des 5 principaux distributeurs français. SFR (bientôt avalée par Numericable) aura mis un peu de temps pour ouvrir son réseau. Il est vrai que ses liens encore existants avec le groupe Canal+ (CanalPlay) rendaient tout accord difficile.   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Orange négocie(rait)? avec TF1 et Canal+ pour contrer Netflix

Les poids lourds de l’audiovisuel français pourraient réunir leur force pour proposer aux téléspectateurs français un service attractif avec plus de contenus.

Source: www.lefigaro.fr

Orange et TF1 (voire Canal+) seraient en pourparlers pour créer une plateforme française qui utiliserait la technologie des uns et les contenus de chacun afin de contrer Netflix.

Une chose est sûre, l’arrivée de l’opérateur américain en France a réussi à bouleverser l’ensemble des pièces de l’échiquier:

  1. L’industrie française ne voulait pas de Neflix.
  2. Canalplay (Groupe Canal+) enrichit son offre et ses fonctionnalités.
  3. Numericable lance un pètard mouillé.
  4. Bouygues (société cousine de TF1) signe avec Netflix.
  5. Orange (qui ne voulait pas de Netflix) signe un deal de distribution mais annonce travailler sur une offre concurrente.
  6. Orange (France Telecom) s’associerait à TF1 pour développer un « Netflix français ».

Belle aventure… pour une société à qui on prédisait peu de succès!

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Comment Netflix va s’imposer en France

Si Netflix arrive en France dans un marché déjà concurrentiel, il n’en reste pas moins que ses techniques d’analyse des données représentent un avantage concurrentiel non négligeable. Par Tien Tzuo, CEO de Zuora.

Source: www.latribune.fr

Conclusion limpide de Tien Tzu, CEO de ZUORA au sujet de Netflix:  « Sa puissance de feu est évidemment liée à son modèle économique basé sur des revenus stables et prévisibles générés par le modèle par abonnement, permettant d’investir avec intelligence. Cela vaut mieux que d’atteindre péniblement ses objectifs trimestriels dans un marché de la publicité imprévisible. Ce modèle offre également la flexibilité suffisante pour demander à leurs créateurs de renouveler et expérimenter du contenu de qualité ».

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

GoPro is gearing up to share more of its users’ videos

NFor years, thrill seekers have worn GoPro video cameras to capture hair-raising skydiving, motorcycle racing and snowboarding footage from a first-person point of view. They’ve documented up-close and personal encounters with wildlife, even mounting the cameras on the back of a surfing pig and on the beak of a pelican learning to fly.

Source: www.latimes.com

Go-Pro, le fabricant de caméras portable se transforme progressivement en marque Media.  Avec près de 4 millions de devices vendus l’année dernière, la société compte en effet parmi les marques productrices de contenus (spectaculaires) les plus importantes.

Suivant l’exemple de Red Bull, GoPro s’ouvre progressivement au monde du « User Generated Content ». Elle s’est récemment entourée de spécialistes et compte désormais un service de plus de 30 personnes chargées d’optimiser sa plateforme video. Déjà des deals de distribution ont été signé aux Etats-Unis avec Microsoft (XBox) et Virgin America (pour son offre de contenu dans ses vols).

Un nouveau venu très porteur dans la cour des media avec un réservoir de plusieurs millions de réalisateurs au profil spécifique: une communauté et des contenus attrayants pour de nombreux annonceurs.

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix, Inc. Is Paying Huge Sums to Produce Original Shows

Netflix is spending about 10% of its content budget on original shows in 2014 — or maybe more. Expect even larger original programming efforts in the future. – Anders Bylund – Consumer Goods

Source: www.fool.com

La boulimie de Netflix en matière de coûts de production de programmes originaux commence à représenter des montants importants.

Ted Sarrondos (Chief Content Officer) de la plateforme annonçait il y a  peu de temps que son budget « original content » 2014 n’excéderait pas 10% des coûts totaux de contenus de la plateforme.  Or Après les 12 shows exclusifs de 2014, ce ne sont pas moins de 24 deals que Netflix proposera en 2015.

Bien sûr, les règles d’amortissement permettent d’étaler la valeur des droits d’acquisition sur plusieurs années, mais si tous ces deals devaient se payer au prix de « House of Cards », Netflix aurait investi déjà plus de $700 millions, ce qui représenterait plus de 20% du budget contenu de l’entreprise. Rendez-vous dans quelques jours pour les annonces des résultats trimestriels.

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Report: Sony May Charge $80 a Month For Net TV

Source: www.tvpredictions.com

Rumeurs ou intox, Sony s’apprêterait à lancer son service de Home Entertainment Streaming (plus de 100 chaînes de télévision, Netflix et Hulu) au prix de $80 par mois.

Cela fait longtemps que le groupe annonce l’intégration d’un service Vidéo directement accessible sur ses Smart TV, ses consoles Play Station et ses lecteurs Blu-Ray. 

Un tel prix, si il se confirme (presque semblable à celui d’un abonnement basique au câble américain) serait la preuve que Sony aurait été malmené durant ses négociations avec les éditeurs de services et qu’il paierait « au prix fort » son entrée dans la distribution de contenus.

Dish (le distributeur par satellite) travaille également au lancement d’un même produit pour un prix qui oscillerait entre $20 et $30 par mois.   

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Redbox To Kill Off Its Streaming Service Next Week

Well, that didn’t last long. 18 months after opening its doors to the public, Redbox Instant (the online streaming arm of those Redbox kiosks you see in..

Source: techcrunch.com

Le groupe américain derrière les kiosques de location de DVD Redbox (Outerwalk), qui avait récemment tenté une percée « Online » (en partenariat avec Verizon) à la poursuite de Netflix, a annoncé la fermeture pure et simple de son service « Redbox Instant ».  Un catalogue moins riche, une offre compliquée « Offline & Online » et des suspicions sur le système de paiement sécurisé auraient eu raison de l’initiative du challenger.

 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Exclusif : Le comparatif de l’offre de programmes entre CANALPLAY et NETFLIX

Voilà maintenant deux semaines que Netflix a lancé son offre de SVOD en France. Les internautes ont donc encore deux semaines pour se « gaver » de films et de séries gratuitement. Mais après ce délai, quelle offre choisir ? Netflix ou Canalplay ? Netflix ou une autre offre de SVOD comme Filmo TV, Jook, Vidéofutur ? DHR a décortiqué les offres de programmes des deux plus importants services de SVOD pour vous aider à mieux comprendre leur promesse éditoriale et à choisir celui qui vous correspond

Source: www.zdnet.fr

Au terme d’un comparatif de leur catalogue (première semaine de septembre), le match CanalPlay versus Netflix serait clairement à l’avantage des contenus de la plateforme française (nombre total d’œuvres, de films, de séries, d’œuvres françaises, de Blockbusters… etc).  

Reste que le service SVOD de Canal+ n’est pas rentable et qu’il appuie son développement sur un seul marché. En face de lui, Netflix réalise déjà des profits, tire son développement de 50 millions d’abonnés (100 fois plus que CanalPlay), annonce 50% d’offre en plus à l’horizon d’un an et se place, vis à vis des producteurs français comme un terrible agent à l’exportation !

La course sera longue.  

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix sera bientôt disponible sur la box Orange

INFO LE FIGARO – Quelque 10 millions de clients chez Orange auront accès depuis leurs téléviseurs aux films, séries, documentaires et dessins animés du géant américain

Source: www.lefigaro.fr

Certes, de nombreuses raisons devaient empêcher Orange (premier distributeur français et opérateur toujours sous contrôle de l’état à 25%) d’apparaître comme « l’ouvreur de porte » de Netflix aux yeux de l’industrie, des chaînes de télévision et du monde politique, mais il n’aura pas fallu longtemps pour que le pays le plus opposé à la plateforme américaine soit également celui dans lequel elle signe le plus grand nombre d’accords de distribution aussi rapidement. 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix compte déjà plus de 100.000 utilisateurs en France

INFO LE FIGARO – Le géant américain doit maintenant transformer l’essai pour séduire un tiers des foyers.

Source: www.lefigaro.fr

Démarrage plutôt réussi pour Netflix après à peine 15 jours de fonctionnement.

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix, Weinstein Co. Bust Windows With ‘Crouching Tiger’ Sequel Day-and-Date Release

Netflix has reached a deal with The Weinstein Co. for its first original movie — a sequel to Ang Lee’s 2000 martial arts pic “Crouching Tiger, Hidden Dragon” — set to hit IMAX theaters and the st…

Source: variety.com

Netflix annonce un deal de distribution qui fera date dans les annales de la chronologie des fenêtres de distribution.  Le film « Crouching Tiger » produit par Weinstein Co (sortie en août 2015) sera la premier d’une série d’œuvres qui seront proposées au public le même jour, à la fois dans une sélection de salles Imax et sur le plateforme SVOD (sans surcoût aux abonnés). Un gros pavé dans la mare du microcosme audiovisuel !

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Belgacom secures Netflix deal for Proximus TV

Belgacom has signed an agreement with Neflix to bring the SVOD service directly to the Proximus TV set-top box. The Belgian operator said the new service would become available to its customers bef…

Source: www.broadbandtvnews.com

C’est donc Proximus TV qui, la première, signe avec Netflix. Son réseau national, son orientation stratégique de fournisseur de contenus et de services (par opposition à Telenet qui s’est récemment positionnée comme « propriétaire »), sont autant de raisons qui prônaient pour une telle intégration.

Et même si le deal ne s’avère pas très rentable pour Proximus, cet accord est un bon plan :

  1. D’une part, Proximus s’assure (temporairement du moins) une différentiation concurrentielle par le contenu.
  2. Ensuite, elle évite de voir partir (ou de perdre) des (jeunes) clients attentifs aux nouvelles formes de consommation linéaire.
  3. Et enfin et surtout, elle accroît ses compétences et ses  connaissances au sujet de ses abonnés, de leurs préférences et de leur comportement (Big data).

L’écran de TV devient un hub d’images.  Prise progressivement en étau entre la concurrence des services de VOD Premium et celle des catalogues SVOD, la télévision généraliste va devoir se battre pour garder ses fenêtres d’exploitation intactes. A moins qu’elle ne s’invite également dans ces nouveaux terrains de monétisation.  Voilà en quoi, sans être une révolution, Netflix est un véritable détonateur !

By

Belgacom: « Nous pouvons accueillir Netflix plus facilement que Telenet »

 

« L’impact de Netflix sur notre réseau est important », explique Dominique Leroy, CEO de Belgacom, à Kanaal Z. « La semaine passée, ce service de vidéo en ligne a utilisé 6 à 7 % de la capacité de notre réseau, et ce pour toute la Belgique. Il y a eu un peu plus de trafic en Flandre qu’en Wallonie », précise encore Mme Leroy.

Source: trends.levif.be

6 à 7% de la bande passante du réseau Proximus, avec une charge plus forte en zone flamande. Ces chiffres confirmés par Dominique Leroy, corroborent ceux qu’avaient publiés Telenet au début de la semaine (jusqu’à 10%).

Si l’on considère une simple règle de trois en utilisant le marché Nord américain comme référence (35% de la bande passante en prime time pour 30% de ménages abonnés), Netflix pourrait-elle avoir conquis 6% des ménages belges, soit +/- 250.000 abonnés (gratuitement pour un mois) ?

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix, l’addiction par la simplicité

 

Le géant américain de la vidéo à la demande, à peine débarqué ici, a rappelé pourquoi il avait tant de succès : un service bon marché, efficace et hyper facile d’accès. Revue des bons et mauvais points.

Source: www.levif.be

La simplicité de l’interface, la puissance du moteur de recommandation et la mise en valeur des produits: le cocktail de la réussite de Netflix.  A cela, il faut ajouter encore la facilité de création de listes : en moins de 10 minutes, vous créez votre propre vidéothèque. j’y ai personnellement épinglé plus de 35 films (à voir ou à revoir), soit autant de soirées à venir… et tout cela pour 8€.  Voilà comment on recycle du vieux pour en faire du neuf.    

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Hulu commande une adaptation télé du roman de Stephen King sur JFK

Le site internet de vidéos en flux (« streaming ») Hulu a commandé une adaptation pour le petit écran du roman de Stephen King sur l’assassinat du président a

Source: geeko.lesoir.be

9 épisodes pour une série qui fera certainement date !  Réalisée par un maître du genre de surcroît (JJ Abrams, Mission Impossible 5 et Star Wars 7).  Avec cette acquisition, Hulu, la plateforme des réseaux américains (NBC, Universal, Fox 21st Century) se jette également dans l’arène.

Et en Belgique, déjà Telenet a passé commande pour 2015 (Chaussée d’Amour). Mais que vont faire Belgacom, VOO et BeTV ?

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

NetFlix : de 1ers indices sur son impact en France pour les FAI

Pour le moment, ni Netflix ni les grands FAI français ne se pressent pour annoncer des chiffres qui donneraient une idée du succès du lancement de la plateforme de SVOD en France,

Source: www.numerama.com

Sans autres chiffres officiels de la part des FAI ou de l’intéressée, le marché français se perd en conjecture sur la percée ou non de Netflix après quelques jours de fonctionnement.

Un petit opérateur « K-Net » (10.000 abonnés) aurait toutefois d’ores et déjà vu le trafic de la plateforme SVOD américaine s’inscrire en 10e position du classement, d’ores et déjà devant les Apple, Amazon, ou Daily Motion.  

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Wuaki.tv : Rakuten lance son service de VoD en France

Profitant du buzz créé autour de Netflix, le groupe japonais dégaine le premier avec l’ouverture surprise de son service de vidéo à la demande dès aujourd’hui en version bêta.

Source: www.01net.com

Wuaki TV ? Ce nouveau service de VOD – propriété du groupe japonais Rakuten (également propriétaire de « Price Minister ») compte sur les quelques 20 millions d’utilisateurs français réguliers de la plateforme d’achat pour imposer son offre en France. 

Wuaki.TV vend ses contenus à la pièce (entre €0.99 et €4.99), ainsi que des packs séries.  Elle disposerait d’un catalague de plusieurs milliers de titres.

Le mouvement est lancé. Dans un marché publicitaire TV désormais mature, atone et saturé, la boucle du financement de la télévision est bouclée, annonçant le retour du financement des contenus, directement cette fois, par le consommateur:

  1. TV 1.0 (1950-1980) la télévision payée par la redevance
  2. TV 2.0 (1980-2010) la télévision payée par les annonceurs
  3. TV 3.0 (2010-  ?) la télévision payée par le consommateur       

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix Lands Fox’s ‘Gotham’ After First Season Worldwide

Warner Bros. Worldwide TV Distribution will deliver the upcoming Fox drama series « Gotham » exclusively to Netflix worldwide after its first season, the companies announced Tuesday. The pact is unus…

Source: variety.com

En faisant l’acquisition de la série « Gotham » pour un montant de $40 millions ($1,75 million par épisode) pour les droits mondiaux, disponibles en SVOD un an après la première saison, Netflix fait un pari  audacieux mais calculé.

  • Elle enrichit son contenu, vecteur de différenciation dans un marché qui va progressivement saturer.
  • Elle connaît le succès des films Batman (et notamment Batman Begins), disponibles sur sa plateforme et, grâce à sa connaissance des préférences de ses abonnés, a du anticiper une forte demande.
  • Aux « Binge-watchers » qui seraient patients et que la diffusion classique hebdomadaire des chaînes indispose, elle promet une prochaine expérience.

Bien que signé avant la première diffusion, Netflix a parié juste: Gotham a réuni 8,2 millions de téléspectateurs lundi dernier pour son premier épisode (meilleur lundi pour Fox Network depuis Prison Break en 2005).

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix : « Aidez-nous à affiner nos recommandations en 3 étapes, 3 minutes. »

NETFLIX EVALUATION - 26-09-2014

A peine 5 jours après m’y être abonné, je recevais ce matin, dans ma boîte de mails, un message personnalisé avec une proposition simple et rapide: 3 minutes, 3 séries de questions et au bout, une promesse de m’apporter directement un choix de films et séries plus appropriés.  C’est simple, c’est facile et, au bout, une interface avec un univers de films et de séries attrayants.  Netflix fait du neuf avec du vieux, et de sa relation client, un moment privilégié.     

By

OTT revenues to rocket to $42 billion by 2020

Global online TV and video revenues (over fixed broadband networks for 51 countries) will reach $42.34 billion in 2020; up from $3.96 billion recorded in 2010 and the $19.03 billion expected in 201…

Source: www.broadbandtvnews.com

De $4 milliards en 2010 à $8 milliards actuellement, pour atteindre $42 milliards à l’horizon 2020, c’est la croissance attendue des revenus du marché des offres audiovisuelles « OTT » dans 51 pays selon le rapport Global Online TV & Video Revenue Forecasts

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

« La télévision n’existera plus dans 20 ans » (Reed Hastings – Netflix) – Ce que les patrons de chaînes françaises en pensent.

Le magazine Télérama a demandé, notamment aux responsables des principales chaînes de télévision françaises, quel était leur avis sur la phrase désormais célèbre phrase de Reed Hastings, CEO de Netflix, au sujet de l’avenir de la télévision. (cliquez ici pour lire l’article complet)


logo TF1   
Nonce Paolini, Président de TF1

Je lui donne rendez-vous dans vingt ans ! On nous avait dit « internet dévorera la télévision », les deux médias sont aujourd’hui parfaitement complémentaires. On nous a répété « les jeunes délaisseront la télévision classique », ils la partagent et s’en amusent plus que jamais sur les réseaux sociaux. On a expliqué « la télévision de rattrapage cannibalisera les RDV de la télévision linéaire », elle permet au contraire de compléter les audiences live et sera bientôt consolidée par Médiamétrie. Déclarer dans ce métier ne signifie pas détenir la vérité !
La télévision est aujourd’hui et continuera à être demain un écran de partage, où nos concitoyens se retrouveront toujours pour vivre des émotions collectives. C’est un média du lien social, au sens où ensemble, on sait pouvoir regarder le même programme au même instant. L’expérience télévisuelle collective peut déjà aujourd’hui se prolonger par une expérience personnelle. Et les technologies nous offrent cette chance de pouvoir adresser nos contenus à tous et à chacun, où qu’il se trouve et lorsqu’il en a envie. Notre métier a donc le meilleur avenir, et TF1 en particulier, avec ses évènements forts et ses programmes inédits. Pour autant l’arrivée d’acteurs internationaux comme Netflix, libéré des obligations et taxes qui pèsent sur les acteurs français, doit amener les pouvoirs publics à remettre en question les aspects réglementaires qui corsettent les groupes audiovisuels nationaux. Il faut que nous puissions jouer à armes égales. Il en va de notre compétitivité et de notre avenir. »

Mini logo de Canal+    Bertrand Meheut, PDG de Canal+

Il n’y pas plus puissant média que la télévision pour réunir et fédérer des centaines de milliers, voire des millions, de téléspectateurs. D’ailleurs, les différents membres du foyer regardent toujours autant la télévision, en dépit de la croissance d’Internet. Les offres délinéarisées restent des offres de complément. Et plus il y aura de choix, plus les téléspectateurs auront besoin de se retrouver sur des médias ayant une identité éditoriale forte. Aujourd’hui, comme dans vingt ans, il y aura toujours beaucoup d’évènements que les gens voudront vivre collectivement (sports, émissions en direct). Dans le même temps, les usages évoluent rapidement, c’est pourquoi le groupe Canal+ est déjà très actif sur les plateformes délinéarisées. Les abonnés peuvent consommer l’intégralité de leurs programmes en ligne grâce à MyCanal. Nous avons également une offre de vidéo par abonnement, CanalPlay, très riche en termes de contenus et très innovante en termes d’usages. Sans compter nos dizaines d’applis sur smartphones et tablettes et nos chaînes sur YouTube qui comptent des millions d’abonnés » 

Mini logo de France Télé  Bruno Patino, Directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques de France Télévisions

Ce que veut dire Reed Hastings, c’est : « Attention, le monopole de la télévision linéaire, c’est fini. Sur vos téléviseurs et sur vos tablettes, il arrive des offres de télévision vous permettant de garder la maîtrise de votre temps. Vous proposant un choix de contenus qui vous correspond, au moment où vous le souhaitez. Une offre télévisuelle de destination, qui s’appuie sur des algorithmes utilisant les données des utilisateurs ».
Et Reed Hastings a raison. En tant que directeur des programmes télé de France Télévision, je pense que oui, d’ici vingt ans, cette offre sera une part extraordinairement importante de l’offre télévisuelle sur l’écran télé et sur tous les écrans. Cette nouvelle façon de consommer des contenus audiovisuels est en croissance exponentielle.
Est-ce que ça veut dire que la télé linéaire va disparaître ? Non, elle va être beaucoup plus limitée, en nombre d’acteurs, et en nombre d’émissions : elle ne sera pertinente que pour de grands programmes et de très grands événements télévisuels. Elle va devenir une consommation minoritaire. Est ce que ce sera dans cinq ans, dix ans, vingt ans ? Dans le numérique, il arrive toujours le moment qu’on appelle le point d’inflexion, ou un usage en croissance devient très rapidement un usage majoritaire. Il va avoir lieu, mais personne ne sait quand il aura lieu. Les chaînes de télévision doivent se préparer comme s’il devait avoir lieu demain. Ça fait quatre ans à France Télévisions qu’on crée des offres numériques de destination. Cela signifie apprendre à recueillir de la donnée utilisateurs, maîtriser l’ergonomie des données, produire de l’algorithme, négocier des captations de droits dans un régime français très complexe et plus du tout adapté à cet univers là. On a France TV en télé connectée, on a fait monter Pluzz en puissance, mais on n’en est qu’au tout début. Netflix, lui, le fait depuis plus longtemps, sept, huit ans, avec des moyens qu’on n’a pas. Sa capacité financière lui permet de rassembler un grand nombre de droits très vite. Il maîtrise l’algorithme de façon exceptionnelle : chaque jour plusieurs centaines de développeurs travaillent à partir des données qu’ils récoltent des utilisateurs. Netflix a un un coup d’avance monstrueux. »

Mini logo de BFM TV  Alain Weill, Président de NextRadioTV (BFM TV, RMC)

Il y a une part de provocation dans ses propos. La télévision n’est évidemment pas à l’abri de la révolution numérique, mais dire qu’elle va disparaître ne veut rien dire ! Je ne pense pas qu’on arrêtera de regarder des programmes sur les téléviseurs. Par contre, ces contenus passeront de plus en plus par Internet. Ce qui va changer, en réalité, c’est notre manière de consommer la télé. Il y aura une multitude de façons de le faire. Le rôle des chaînes va évoluer également car la logique d’internet, c’est la suppression des intermédiaires. Or, d’une certaine façon, le diffuseur est un intermédiaire. Il ne pourra donc plus se contenter d’être un agrégateur de contenus et imposer sa programmation. Il deviendra de plus en plus un éditeur, un créateur d’événement, comme TF1 le fait déjà avec The Voice, par exemple. Ces événements – des programmes de divertissement et de sport – vont se multiplier. Par contre, les séries ou les films, on ne les consommera plus en attendant qu’un diffuseur veuille bien les programmer. Pour les chaînes d’info, c’est un peu différent. Car même si nos vidéos actu sont très regardées sur le Web, c’est toujours le direct qui prime quand on est confronté à de l’actu forte. Par contre, la diffusion évolue. Il y a dix ans, une chaîne d’info devait forcément passer par le téléviseur, et par la télé payante. Aujourd’hui on peut la regarder aussi bien sur téléviseur que sur tablette ou smartphone… Pour les chaînes d’info et de live, c’est une opportunité. Il faut juste s’adapter. »

Lisez ici l’intégralité de l’article de Télérama  

 

 

By

Netflix aims for 104m subs by 2020 (and yearly revenue of $10 B)

At last week’s CTAM Eurosummit in Copenhagen, Reed Hastings, CEO of Netflix, stated that Netflix expected to achieve penetration of a third of homes seven years after launch. Extrapolating from thi…

Source: www.broadbandtvnews.com

Une pénétration d’un tiers d’abonnés dans les marchés où Netflix est actuellement proposé, au terme de 7 ans, cela représenterait 105 millions de clients en 2020 et 10 milliards de $ de revenus annuels !    

By

Netflix : 50 % de programmes en plus d’ici douze mois

il y aura 50 % de contenu en plus dans les douze mois à venir. C’est la voie que nous avons suivie sur tous les marchés. Au lieu de tout mettre en ligne au départ afin de voir comment ça marche, nous offrons une sélection représentative de nos contenus que nous affinons. Nous en savons plus les goûts des abonnés d’heure en heure!

Source: tvmag.lefigaro.fr

Dans tous les marchés où elle s’installe, la plateforme américaine enrichit progressivement son offre.  Ceci lui permet:

  • D’une part, de communiquer chaque semaine en dévoilant les « nouveautés » de son catalogue
  • De limiter intelligemment le coût de son catalogue bassin par bassin, en n’offrant aux abonnés que ce qu’ils devraient consommer. 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co

By

Netflix en Belgique : 10% de la consommation internet de Telenet liée à Netflix

Lancé en fin de semaine dernière en Belgique, le service de streaming Netflix semble déjà connaître un franc succès dans le royaume. Selon Telenet, Netfli

Source: geeko.lesoir.be

Succès de lancement, semble-t-il pour Netflix, dont le trafic total des utilisateurs, selon des informations communiquées par Telenet en Flandre, aurait représenté jusqu’à 10% de la bande passante de l’Internet. Pour mémoire, aux Etats-Unis où un ménage sur trois est abonné, ce même taux monte en soirée jusqu’à 30% de la capacité. 

See on Scoop.itOTT Services, Netflix, Amazon, Yahoo & Co